1993 - Argentine - Chili

octobre

cliquer sur les photos pour les agrandir

Le Moréno
Ushuaia

J'avais rêvé de voir les baleines ...

Après un long vol de 16 heures via Madrid, arrivée à Buenos-Aires.

Pas de dépaysement, on est comme en Europe, ou presque. Une chose attire mon attention : les Argentins ont tous un téléphone portable à l'oreille, encore inconnu en France du grand public.

La Plazza Mayo est l'âme de la ville, qui a vu se dérouler les principaux événements de l'histoire du pays.

Relève de la garde, quelques belles bâtisses, le musée, le Palais, visite du cimetière. Le soir les rues s'animent autour des boites à tango...

Nous partons pour la péninsule de Valdès : grands rassemblements de loups de mer, d'éléphants de mer qui colonisent les plages. On surplombe la falaise et, en approchant, on entend comme le bruit d'un troupeau. Ils sont là, allongés sur le flanc avec leurs femelles. Plus loin, des millions de pingouins sortent de l'eau à plat ventre, à toute vitesse et s'agitent faiblement en se dandinant lors de notre approche.

Ils ne semblent pas particulièrement craintifs..

le lendemain : on va tenter d'approcher les baleines.

Il fait beau et frais.

A Valdès, elles viennent mettre bas et s'accoupler.

On monte dans le bateau, un tracteur nous pousse à la mer, on fonce vers le jet d'eau et de vapeur qu'on voit au loin. Elles sont proches ...

C'est extraordinaire et impressionnant.

Elle est là, la baleine, tel un sous-marin, avec ses 15 mètres de long. Elle sort un oeil, nous regarde, fait la planche, plonge, cherche le contact, le bateau bouge. Elle s'éloigne et.... Salto ! Elle reste suspendue en l'air et retombe dans une immense gerbe d'eau. Puis, c'est une mère et son petit de 5 mètres de long qui virevoltent autour de notre petit bateau, elles sont curieuses, gracieuses et semblent prendre un malin plaisir à frôler les embarcations, nous les touchons presque de la main. La mère nous salue, la queue en l'air.

Je suite béate ainsi que mes voisins d'aventure !

Ces petits jeux nautiques terminés, nous sommes revenus sur la plage avec une multitude de photos dans nos appareils et des images plein la tête.

Rien que pour la magie, j'aurais fait ces milliers de kilomètres avec plaisir.

Puis, déjeuner d'un steak bien saignant de 500 grs, 2 bons centimètres d'épaisseur. Une jouissance à chaque bouchée.

Cela nous remet de nos émotions pour la fin de la journée.

vol pour le sud..


Ushuaia

Nous sommes arrivés sous la neige, la pluie, accueillis par la fanfare locale (en réalité pour l'équipe de foot) !

C'est une ville située au bord du canal de Beagle, à l'extrême sud du continent américain, porte ouverte sur l'Antarctique et le pôle sud. Il n'y a pas grand chose à faire à Ushuaia, ville touristique sans âme, à part son petit musée et sa poste. Comme on dit "C'est le bout du monde". On voit les Andes plonger dans la mer.

Un des musées retrace les massacres perpétrés contre les Indiens, tels les Yamanas.

Petit tour à la Poste pour se faire tamponner notre courrier.. peu de chance que l'on revienne bientôt.

La vie locale est rythmée par les bateaux de croisières et son flot de touristes. Nous embarquons pour une journée et mon regard ne quitte pas le paysage merveilleux qui défile au ras des flots. La faune marine est incroyable : lions de mer, phoques, otaries..cormorans..

Le temps va être clément, les nuages se déchirent et laissent paraître une palette de reflets lumineux sur la glace.

L'extrême sud

Les eaux de l'Atlantique se mêlent à celles du Pacifique.

Puis, nous embarquons sur un petit avion pour survoler le Cap Horn, les îles, les fjords, les icebergs à la dérive, les petits ports de pêche.

Un violent coup de vent nous rabat sur la falaise... un moment d'émotion !

Le lendemain, transfert à l'aéroport, destination Rio Gallégos puis El Calafate.

Déjeuner dans un Estancia. Les moutons cuits à la broche sont délicieux. Un vrai régal. Nous avons croisé, dans d'immenses plaines herbeuses, des hordes de guanacos (petits lamas), des nandous (petites autruches), d'immenses troupeaux de moutons surveillés par des Gauchos à cheval suivis de leurs chiens.

Nous sommes dans un autre monde. La nature est le seul décor.

Continuation vers le lago Argentino et le fabuleux glacier du Périto Moréno, véritable muraille de glace de près de 80 mètres de hauteur sur une largeur de plusieurs kilomètres. Dans le lac Argentino viennent mourir des pans entiers du glacier dans un craquement sinistre. Ils s'abîment avec un grand fracas dans les eaux bleues du lac sous forme d'icebergs.

Puis Bariloche, les sommets enneigés, les lacs magnifiques, les forêts de montagnes.

C'est spectaculaire..

Chili

Nous allons quitter l'Argentine pour le Chili, par un petit poste frontière où il ne passe que de rares touristes !

Nous dévalisons la "boutique" de tous les timbres poste qui datent de plusieurs années... Nous déjeunerons dans des petits restaurants de bord de mer où nous passerons la nuit dans un site exceptionnel, au milieu du lac Pehoé, au coeur du parc de Torrès del Paine. Les paysages irréels sont extraordinaires, les lacs profonds couleur turquoise, la végétation abondante.

Découverte de Punta Arénas, port actif sur le détroit de Magellan où la Patagonie chilienne vient mourir.

La ville dégage un charme étrange avec ses toits de zinc et ses navires marchands.. Envol pour Puerto Montt, avec ses maisons de bois coloré datant de la grande période d'immigration au Chili.

C'est le printemps...Le beau temps et la douceur du climat nous accompagnent. Les arbres fruitiers sont en fleurs.

Un périple magique. La nature à l'état pur.

 

Le circuit se termine, retour à Buenos Airès, pour une soirée tango...

24 heures pour rentrer à Paris via Madrid. Le merveilleux se mérite !

A Paris, c'est déjà l'hiver avec sa grisaille et ses embouteillages !!!

 

Maisons de bûcherons transportables sur rondins, tirées par les tracteurs
Gauchos et troupeaux de moutons

 

Le Moreno
vol au dessus du Cap Horn

 

Ushuaia ; départ pour la croisière, canal de Beagle et rencontre en tout genre avec les 'habitants"

 

baleine et baleineaux.. le rêve... on peut les toucher de la main !

 

canal de Beagle : lions de mer

au fil de l'eau ... la beauté des paysages.

 

retour vers la liste des voyages ou retour vers la bio années 1984/1994

 

 

 

 

 

Nous sommes arrivés sous la neige, la pluie, accueillis par la fanfare locale (en réalité pour l'équipe de foot) !

C'est une ville située au bord du canal de Beagle, à l'extrême sud du continent américain, porte ouverte sur l'Antarctique et le pôle sud. Il n'y a pas grand chose à faire à Ushuaia, ville touristique sans âme, à part son petit musée et sa poste. Comme on dit "C'est le bout du monde". On voit les Andes plonger dans la mer.

Un des musées retrace les massacres perpétrés contre les Indiens, tels les Yamanas.

Petit tour à la Poste pour se faire tamponner notre courrier.. peu de chance que l'on revienne bientôt.

La vie locale est rythmée par les bateaux de croisières et son flot de touristes. Nous embarquons pour une journée et mon regard ne quitte pas le paysage merveilleux qui défile au ras des flots. La faune marine est incroyable : lions de mer, phoques, otaries..cormorans..

Le temps va être clément, les nuages se déchirent et laissent paraître une palette de reflets lumineux sur la glace.

L'extrême sud

Les eaux de l'Atlantique se mêlent à celles du Pacifique.

Puis, nous embarquons sur un petit avion pour survoler le Cap Horn, les îles, les fjords, les icebergs à la dérive, les petits ports de pêche.

Un violent coup de vent nous rabat sur la falaise... un moment d'émotion !

Le lendemain, transfert à l'aéroport, destination Rio Gallégos puis El Calafate.

Déjeuner dans un Estancia. Les moutons cuits à la broche sont délicieux. Un vrai régal. Nous avons croisé, dans d'immenses plaines herbeuses, des hordes de guanacos (petits lamas), des nandous (petites autruches), d'immenses troupeaux de moutons surveillés par des Gauchos à cheval suivis de leurs chiens.

Nous sommes dans un autre monde. La nature est le seul décor.

Continuation vers le lago Argentino et le fabuleux glacier du Périto Moréno, véritable muraille de glace de près de 80 mètres de hauteur sur une largeur de plusieurs kilomètres. Dans le lac Argentino viennent mourir des pans entiers du glacier dans un craquement sinistre. Ils s'abîment avec un grand fracas dans les eaux bleues du lac sous forme d'icebergs.

Puis Bariloche, les sommets enneigés, les lacs magnifiques, les forêts de montagnes.

C'est spectaculaire..

Chili

Nous allons quitter l'Argentine pour le Chili, par un petit poste frontière où il ne passe que de rares touristes !

Nous dévalisons la "boutique" de tous les timbres poste qui datent de plusieurs années... Nous déjeunerons dans des petits restaurants de bord de mer où nous passerons la nuit dans un site exceptionnel, au milieu du lac Pehoé, au coeur du parc de Torrès del Paine. Les paysages irréels sont extraordinaires, les lacs profonds couleur turquoise, la végétation abondante.

Découverte de Punta Arénas, port actif sur le détroit de Magellan où la Patagonie chilienne vient mourir.

La ville dégage un charme étrange avec ses toits de zinc et ses navires marchands.. Envol pour Puerto Montt, avec ses maisons de bois coloré datant de la grande période d'immigration au Chili.

C'est le printemps...Le beau temps et la douceur du climat nous accompagnent. Les arbres fruitiers sont en fleurs.

Un périple magique. La nature à l'état pur.

 

Le circuit se termine, retour à Buenos Airès, pour une soirée tango...

24 heures pour rentrer à Paris via Madrid. Le merveilleux se mérite !

A Paris, c'est déjà l'hiver avec sa grisaille et ses embouteillages !!!

 

Maisons de bûcherons transportables sur rondins, tirées par les tracteurs
Gauchos et troupeaux de moutons

 

Le Moreno
vol au dessus du Cap Horn

 

Ushuaia ; départ pour la croisière, canal de Beagle et rencontre en tout genre avec les 'habitants"

 

baleine et baleineaux.. le rêve... on peut les toucher de la main !

 

canal de Beagle : lions de mer

au fil de l'eau ... la beauté des paysages.

 

retour vers la liste des voyages ou retour vers la bio années 1984/1994