2004 - Moscou-St Petersbourg (juin)

cliquer sur les photos pour agrandir

 

Kiji

Arrivée à Moscou avec la compagnie Aéroflot.

 

Embarquement sur le bateau pour deux jours à quai, loin du centre ville.

Nous traversons des banlieues sinistres et pauvres pour rejoindre et visiter la place Rouge, la Cathédrale de Saint Basile le Bienheureux, le Kremlin, Kolomenskoyé....

Les immeubles sont austères de type stalinien.

La circulation s'avère dantesque avec ses 4/4 de grosse cylindrée et ses luxueuses berlines aux vitres fumées qui n'hésitent pas à doubler en franchissant la ligne jaune !

Mais aussi, "visite" de plusieurs somptueuses stations de métro du centre de la capitale.

C'est magnifique. Des mosaïques impressionnantes, des statues de bronze, des lustres dignes d'un palais, des marbres, évoquent les grands événements de l'histoire de la Russie.. Il va très vite, beaucoup plus que notre métro parisien !

 

*****

Trois jours plus tard, c'est avec plaisir que nous voyons les rives du fleuve s'éloigner pour une navigation d'une petite semaine sur cette majestueuse Volga afin de rejoindre Saint-Pétersbourg, la magnifique et fastueuse capitale des Tsars. Cela nous permet de découvrir une Russie plus authentique : celle de la vie quotidienne, c'est-à-dire les villes, villages, monastères et églises qui bordent le fleuve.

Rapidement, les berges ne sont qu'une immense forêt de bouleaux et conifères et la navigation s'écoule doucement au fil du courant.

Des lacs ont été aménagés pour rendre la liaison fluviale possible entre les deux grandes villes, travaux pharaoniques décidés par Staline et réalisés par des centaines de prisonniers du goulag. 700 villages ont été rayés de la carte pour créer une mer intérieure alimentée par une soixantaine de rivières.

Témoin de ce passé englouti, nous longeons une église dont les ruines émergent de l'eau, puis un clocher signalé par des balises.

Après un long méandre du fleuve, on découvre la petite ville d'Ouglitch, fondée en 1148, blottie au milieu d'un écrin de verdure, mais aussi les bulbes colorés de l'église de l'ancien Kremlin longtemps rival de Moscou. C'est là que le fils d'Ivan le Terrible a été assassiné.

Continuation jusqu'à Yaroslav,

ville typique de la Vieille Russie fondée au XIème siècle, carrefour économique, mais sans grand intérêt culturel.

A bord, la vie s'organise autour d'un programme d'activités, il y en a pour tous les goûts : cours de russe, conférences, gym sur le pont.. Je m'inscris à la chorale en vue de préparer une soirée où les chants russes seront à l'honneur, mais aussi aux conférences sur l'histoire de la Russie et au cours de russe pour avoir une idée sur leur alphabet si différent du nôtre.

Le temps passe doucement et le paysage défile sous nos yeux.

Nous croisons d'autres bateaux et des péniches. Des familles pique-niquent sur la berge et nous adressent de grands signes.

Visite programmée de Kirillov et du monastère St Cyril, sur le bord du lac Blanc. C'est un des plus grands monastères de la Russie, qui joua un rôle religieux et culturel de premier plan. Une enceinte fortifiée et des tours protègent le monastère et ses onze églises.

Un patrimoine important, mais délabré, qui, heureusement, semble bénéficier d'un début de restauration.

La croisière est rythmée par le passage des écluses, il y en a 17 sur les 2000 km du parcours, ce qui attire l'attention de tous les passagers curieux d'en voir le fonctionnement, même si les explications techniques sont un peu confuses. Les mouettes tournent autour pour voler quelques poissons. Elles feraient mieux d'attraper les moustiques, car ils sont nombreux et n'hésitent pas à nous dévorer.

Nous voilà sur le lac Onéga et ses très nombreuses îles. L'une d'entre elles va nous laisser un souvenir magique : Kiji, la perle de la Carélie. Son église en bois, de toute beauté, édifiée en 1714, est construite totalement en sapins gorgés de résine. Il n'y a aucun clou, uniquement des chevilles en bois. Une pure merveille.

L'île a été transformée en musée avec des moulins, des isbas paysannes ouvertes à la visite.

Sur la rivière Svir, découverte d'un village artisanal, Mandroga. Visite d'un musée de la Vodka et dégustation, achat également d'artisanat.

D'un lac à l'autre, nous voilà arrivés sur le Lac Ladoga, un véritable océan et nous ne voyons plus les rives.

A l'avant du bateau, on tente de prendre de belles photos d'un coucher de soleil somptueux.

 

Nous arrivons à St Petersbourg avec ses fameuses nuits blanches à l'étonnante clarté pour trois jours de visites.

Pierre Le Grand n'aimait pas Moscou. Il souhaitait moderniser la Russie et créer un port dans le golfe de Finlande. Aussi, en 1703, il décida de bâtir une grande ville à l'occidentale à l'emplacement du delta de la Neva. L'oeuvre sera poursuivie par ses successeurs pour aboutir en une ville harmonieuse pleine de charme.

Edifices baroques, art nouveau, dans un décor de canaux, de rivières, de ponts, un peu sur le modèle d'Amsterdam, sont légions.

La cité a entrepris un grand lifting à l'occasion du tricentenaire et ses élégantes bâtisses du 18ème siècle aux tons pastel nous offrent les plus beaux panoramas de la ville lors d'une croisière sur les canaux. Le lendemain sera consacré à la visite du Musée de l'Ermitage, une collection exceptionnelle d'impressionnistes. Nous continuons la découverte de la ville par le Palais Pavlovsk, les jardins Pouchkine et une excursion au "Versailles Russe" : Pétrodvoretz et sa grande cascade.

Nous terminons notre séjour à St Pétersbourg par la perspective Nevski, cette grande avenue de 4,5 km de long, avec ses palais, églises, monuments témoins de l'histoire du pays. Après le déjeuner, l'après-midi est consacré au shopping pour trouver quelques souvenirs à offrir, y compris des petites boites de caviar, les plus petites vendues, compte tenu du prix élevé !

Un voyage très intéressant, sympathique, avec l'Association de Verrières où je suis trésorière.

Retour à Paris, dans un avion pas très moderne et pas très confortable !

 

Ambiance musicale sur le bateau
Moscou en travaux..

 

 

retour vers la liste des voyages ou retour vers la bio année 1995 et suivantes